Pourquoi les mangas sont-ils « noir et blanc » ?

Le Manga n’a pas toujours été noir et blanc! Au début du XXème siècle, certains mangas pour enfants étaient en couleur, comme les oeuvres de Suihô Tagawa, d’Osamu Tezuka ou encore les magazines jeunesses…

bambi-tesuka   tagawa_norakuro

kodomo-no-kuni-1920---2   kodomo-no-kuni-1920

Après la 2nde guerre mondiale (1939-1945), l’économie du pays impose des restrictions budgétaires, les mangas deviennent alors en noir et blanc de « façon temporaire ».

Durant cette période de reconstruction économique, les œuvres d’Osamu Tezuka, Shigeru Mizuki ou Machiko Hasegawa sont de réels succès : un aspect storyboard dynamique, un découpage de case original, des dialogues proches du lecteur… Un tout qui compense largement la couleur.

L’absence de couleur permet également aux auteurs de développer leurs récits sur une pagination plus importante à moindre coût. Avec le temps, les auteurs japonnais développent des nuances de gris, des jeux d’ombre et lumières, profondeur, relief, subtilité… tous ceci au moyen de trames! Donnant ainsi l’illusion d’un monde tout en couleur.

En Europe ou aux Etats-Unis, au contraire, l’impression en couleur est tellement onéreuse pour l’éditeur que la taille des récits est très limitée, ce qui modifie considérablement la façon de raconter une histoire.

Aujourd’hui, les mangas sont devenus une grosse industrie, la commercialisation actuelle impose aux auteurs des rythmes poussés à moindre coût, d’où la conservation du noir et blanc (qui est devenu un des codes graphiques du manga japonais).

« Au final, l’absence de couleurs stimule l’enrichissement graphique et cela toujours au service du récit. Le noir et blanc, au départ pure contrainte, se révèle en faite plutôt positif, et même totalement partie prenante de la narration à la japonaise et de son identité. »

Sources partielles : Asuka, Fnac.

14 commentaires

  1. Comme la majorités des lecteurs de ce tuto, je ne savais pas que les mangas étaient en couleur avant 1939.
    Par contre, c’est évident que ne pas mettre la couleur permet de réduire les coûts de fabrication, ce qui permet aux pauvres dont je fais partie^^ de s’acheter des mangas de temps en temps. cela explique son engouement, c’est moins cher qu’une BD fraco-belge ou un comic.

  2. c’est quoi une trame au juste ?

    • Une trame c’est ce qui représente la « couleur et texture » en manga : les jeux de points et traits noirs dans 80% du temps.
      Il est de mopins en moins rare de voire des trames réalisées aux crayons directement (remplissage de zone) ou aux feutres à alcool voire couleurs numériques (dans les tons gris).

  3. ou peut on avoir shonen jump en france

  4. Cela confirme l’impression que j’avais : nécessité de répondre vite à la demande (articulation de l’industrie du manga). En revanche, je ne suis pas du tout d’accord sur le fait que cela change quelques choses au niveau du récit.

    Certains scénarios de Bandes-dessinées valent largement certains scénario de mangas. C’est une question de goût.

    Je trouve Bleach, Naruto, One Piece, Kyo et autres truc du genre totalement inutiles et pauvres de scénario. En revanche Death Note, est pour moi, un chef d’oeuvre.

    Cordialement,
    Mello

    • Il n’a jamais été dis qu’un scénario raconté en noir et blanc était plus médiocre qu’un scénario en couleur… Au contraire! Les scénarios noirs et blanc ont la particularité d’avoir une contrainte en plus par rapport aux scénarios couleurs, ce qui auraient pu les desservir mais non, ils restent globalement complet, immersif, prenant…
      Bien sur, il y a et aura toujours des exceptions…

  5. Intéressant !
    Mais j’ai une question : pourquoi les trames sont-elles « obligatoires », je veux dire, pourquoi ne peut-on pas trouver de mangas avec des aplats de gris comme on pourrait les faire sur ordinateur, à la place des trames, par exemple ? Est-ce une condition de l’impression, un code graphique à respecter ou simplement une « tradition » ?

    • Elle ne sont pas « obligatoires », certains manga utilisent exclusivement les aplats de noirs, d’autres n’en utilisent pas du tout. Quand à l’utilisation de trames traditionnelles, c’est tout ce qui fait qu’un manga EST un manga et non pas quelque chose de formaté numériquement. Je pencherais pour le mot « tradition » mais aussi pour « politique éditoriale » et « façon de travailler des japonais »…

      • D’accord, donc en fait, pour eux, un manga avec des tons de gris mais sans trames c’est un sacrilège… Ou plutôt comme un comics en format manga ! Merci beaucoup pour cette réponse. 😉

  6. Attention, c’est réels succès, pas réelles.

  7. Wha je savais pas
    ah ok c’est pour ça ^^

  8. Pareil !

    Cordialement,
    hugo2410.

  9. Wowww! Je savais pas! O_O
    Très enrichissant en tout cas! Merci! x)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*